top of page
Rechercher

Plus d’une femme sur deux est stressée par son travail



Selon une enquête menée par l’IFOP, plus d’une femme sur deux se dit stressée par son travail. Et près de deux tiers des sondées avouent rêver d’une reconversion professionnelle.

L’enquête a été menée par interview et questionnaire en ligne au mois de mai dernier, auprès d’un échantillon de 1004 femmes, représentatif de la population des femmes salariées françaises âgées de 18 ans et plus. Toutes ces femmes ont été interrogées sur différents aspects de leur vie professionnelle.

Une charge mentale plus importante

Seules 24 % des femmes interrogées se disent pleinement satisfaites au travail, alors qu’une femme sur deux songe au contraire à changer de métier en raison de la charge de travail trop importante qui lui est attribuée, ce qui engendre une souffrance au travail.

Pour la psychologue du travail et coach en préparation mentale Marie Anne Perrey, c’est la notion de charge mentale qui s’exprime. "Le problème aujourd’hui c’est que l’on demande à une femme d’être aussi performante qu’un homme au travail, mais aussi de gérer la maison, les enfants… C’est une charge mentale énorme, car on sait qu’en plus de le faire, c’est dans la majorité des cas la femme qui y pense aussi : l’inscription des enfants aux activités, le repas du soir, le rendez-vous du pédiatre du petit dernier... ". Autant de choses qui minent le quotidien de certaines femmes.

Moins de reconversions professionnelles

Même si elles sont deux tiers à avoir envie de changer de boulot, les femmes interrogées le sont aussi par contrainte dans 46 % des cas. Elles évoquent une frustration, un ennui professionnel ou plus grave, une souffrance au travail.

Cependant, dans une grande partie des cas, malgré l’envie de se lancer dans une nouvelle aventure professionnelle, des freins persistent. Elles sont 45 % à ne pas savoir quoi faire d’autre, 45 % aussi à avoir des craintes sur l’avenir, et 42 % des craintes financières.

"Bien sûr, certaines femmes, comme dans les familles monoparentales où elles sont seules à assumer leur foyer, les femmes peuvent craindre de changer de travail et de ne pas réussir professionnellement derrière" indique Marie Anne Perrey. "Mais dans certains cas aussi, les freins peuvent venir de l’entourage, en particulier du conjoint, qui ne soutiendra pas sa compagne, ce qui peut aussi décourager" explique encore la psychologue.

La clé pour se décharger : prioriser

Si un conseil doit être donné à toutes les femmes qui souffrent de la situation, c'est tout d'abord de prioriser les tâches, conseille la spécialiste. "Il faut arrêter de s'autoflageller. Oui mon intérieur pourrait être parfaitement propre, mais si ce n'est pas tout à fait le cas, ce n'est pas grave. Les enfants ont mangé des pâtes au beurre ce soir ? Ils auront des légumes ce weekend". Vous l'aurez compris, il faut déculpabiliser et se débarrasser de cette injonction de "femme parfaite dans tous les domaines" conseille encore la psychologue.

Enfin, la dernière clé pour s'éviter cette surcharge mentale est de penser à soi. "Pour cela, prenez l'habitude de remplacer le "il faut" par "j'ai besoin de" tout simplement" conclut la spécialiste.

Sihem Boultif, Journaliste santé de Doctissimo

31 vues0 commentaire

Comments


bottom of page